Fuite d’eau sur tuyau en polyéthylène enterré

  • Pourquoi les réseaux domestiques sont-ils tant perforés et pourquoi y a-t-il tant de fuites ?
    Telle est la question récurrente de tous les clients ; tous les clients ont les mêmes reflexes :
    « pourquoi tant de fuites d’eau ? Pourquoi tant de recherches de fuite dans le département du Lot et Garonne ? »
    Il y a différentes réponses à ces interrogations, différentes causes à tous ces problèmes de fuites d’eau.


  • On retrouve souvent les dilatations des terrains : quand la terre se rétracte et se regonfle sachant
    que c’est très argileux dans notre département, cela sollicite énormément la densité des tuyaux qui arrivent au point de rupture et cèdent de manière minime ou extrême.
  • Cela va de la petite perforation qui peut ressembler à une aiguille à coudre à une fissure de quatre à dix centimètres de long ce qui en fait une fuite extrême.
    On peut retrouver comme cause également les racines tout simplement. A côté d’un arbre, à un, deux ou trois mètres, cela dépend de la puissance racinaire des arbres. On se retrouve alors avec des racines qui soulèvent les tuyaux et à force de pousser continuellement ces racines viennent courber le tuyau jusqu’à un point de rupture ou il va se créer une perforation dans ce dernier due à la pression exercée.
    Par expérience nous avons vu des racines qui ont réussi à rentrer dans le tuyau et envahir le
    tuyau depuis l’intérieur ! Incroyable à voir !
  • Une chose que l’on oubli souvent, c’est la qualité des tuyaux. Les normes françaises, les tuyaux
    d’arrosage, la densité des tuyaux, l’épaisseur de ces derniers etc… tout ceci est important.
    Le stockage des tuyaux en polyéthylène est tout aussi important. Si on stock des tuyaux en plein
    soleil et qu’ils ne sont pas commercialisés rapidement ou qu’ils passent des hivers, cela crée des
    chocs thermiques, des UV qui fragilisent les tuyaux et c’est pour ce genre de raisons que l’on
    peut se retrouver avec des tuyaux poreux avec plusieurs fuites sur ces derniers.
    Également le passage répété des véhicules, à force de tasser la terre et écraser le tuyau. A
    l’époque, les tuyaux n’étaient pas protégés par des gaines TPC.
  • Ces tuyaux étaient sollicités à rude épreuve (écrasement, cailloux saillants…) et arrivaient au point de rupture où il faut en arriver au stade de faire une recherche de fuite pour pouvoir réparer un tuyau trop sollicité à un point précis et on s’aperçoit que cela correspond parfois à un passage répété de véhicules.
    Une cause un peu plus curieuse, « spirituelle » (si l’on peut se permettre d’employer ce mot),
    c’est qu’on peut s’apercevoir avec l’expérience, après des milliers de fuites réparées, qu’un
    certain pourcentage de fuites se situe à des « croisements ». Alors pourquoi ? Cela intervient à des croisements précis comme des gaines électriques, de PVC, de réseaux secondaires, de télécoms et curieusement les fuites ont tendance à se positionner dans les endroits les plus complexes, les plus difficile d’accès. Mais on revient sur cette constatation, la curiosité de certaines fuites qui sont tenaces et pourrait-on dire « intelligentes » à certains égards ?

  • Alors comment pourrait-on anticiper afin de limiter les fuites à venir ? Tout simplement en
    analysant toutes ces causes de fuites et en anticipant les actions par exemple éviter de planter

près des passages de tuyaux, de protéger un peu plus au niveau des passages de véhicules
(mettre des plaques en fonte au niveau de ces passages par exemple), en faisant attention au choix de l’artisan lors de la pose d’une installation neuve d’un réseau d’eau, sur la qualité du tuyau employé (norme française NF), de la forme de stockage etc…


Et puis on peut également réfléchir et se dire que lors d’une création neuve d’une maison, qu’est ce qui nous empêche de créer deux systèmes de tuyaux parallèles ?
Pourquoi cette question ? tout simplement car ce qui coute le plus cher dans la création d’un réseau ce n’est pas le tuyau mais la main d’œuvre, la mise en œuvre, la technicité, la tranchée
creusée, les moyens employés matériels (exemple mini pelle) et humains.
Donc pourquoi ne pas poser deux tuyaux placés dans des gaines TPC que l’on pourrait échanger
au bout de vingt ans ? car on le voit avec l’expérience, c’est souvent au bout d’une décennie ou deux que les ennuis commencent, avec la pression constante et le passage de l’eau. Donc pourquoi ne pas placer deux lignes, en relier une seule et inverser dès qu’un problème survient ?
Mais la base de la base restera toujours d’installer un réducteur de pression en amont du réseau juste après le compteur pour limiter le excès de changement de pression à l’intérieur du réseau.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.